Morts et vivants en négro-culture

Culte ou entraide ?

Edjenguèlè, Mbonji

Livrel (ePUB, HTML, Tatouage), 389p.
(Essai) - ISBN: 978-2-37015-539-9
Malgré les affirmations de l'orthodoxie et de la culture idéale, toutes les sociétés humaines, sans exception, font une place importante à leurs morts directement ou indirectement intégrés à l'univers de vie. Des sarcophages pharaoniques aux momies tibétaines, des cendres du Panthéon à la Fête des morts en novembre, de la croyance aux zombis à celle des morts qui dansent et parlent dans les sociétés du Golf du Bénin, de la Case des Cranes aux procédures de vengeance personnelle du mort chez les Sawa-Duala, les morts sont évoqués et convoqués. Est-on pour autant fondé à parler de culte des morts ? En négro-culture, ils ne sont ni défunts, ni âmes sommées de reposer en paix, ni poussière retournant à la poussière. Ils étaient, sont et seront, ici et la, ici ou là partout, présents, absents, contents, malheureux, affamés, assoiffés ou comblés. Parmi nous, avec nous, et parfois, aussi contre nous; surtout lorsqu'ils sont exclus, expulsés de notre jeu de vivre. Les morts ne sont peut-être pas morts, mais à force de les nier, de les congeler à la morgue et de les enfermer dans de tombes en béton armé, nous finirons bien par les tuer, et nous avec.

Bouquiner

Index