L'impératif romanesque de Boubacar Boris Diop

Sob, Jean

Livrel (ePUB, HTML, Tatouage), 706p.
(Essai) - ISBN: 978-2-37015-982-3
Boubacar Boris Diop est entré publiquement dans la carrière littéraire en 1981 avec son premier roman « Le temps de Tamango » qui fut unanimement salué comme une oeuvre d'expérimentation esthétique. L'écrivain sénégalais était convaincu que la littérature africaine avait atteint une certaine maturité et méritait une phase auto-critique. Il fallait consacrer sa période classique, non en continuant à imiter ses styles et ses thèmes, mais en introduisant une césure avant-gardiste en vue d'un impératif : promouvoir la modernité des canons de la littérature africaine pour lui conquérir une place dans la république mondiale des lettres tout en restant elle-même. Dès lors, profitant des possibilités que lui offre le roman, genre non codifié donc ouvert aux innovations du créateur, Boubacar Boris Diop, de « Le temps de tamango » à « Doomi golo », en passant par « Les tambours de la mémoire », « Les traces de la meute », « Le cavalier et son ombre » et « Murambi, le livre des ossements », a exploité judicieusement les ressources de la parodie pour mettre en scène les styles, les thèmes et le goût pour les sujets simples des écrivains et des lecteurs africains de la génération passée. Il a ainsi pu les subvenir et postuler leur dépassement pour une recherche des audaces esthétiques et techniques qui appellent une lecture dynamique des oeuvres africaines, afin d'inscrire la littérature africaine dans la durée. Boubacar Boris Diop par la portée qu'il a assignée à sa création romanesque, par son engagement comme homme de culture pour promouvoir la dignité de l'Afrique, est un écrivain qui compte et qui comptera dans l'histoire de la littérature africaine.

Bouquiner

Index